Ecolemedia
flag-ci

Français

flag-ci

Français

live-news-icon

Flash info

post-12

Côte d’Ivoire : les promesses des programmes d’apprentissage de la lecture à l’épreuve du COVID-19

Lors d’une visite à Korhogo, la principale ville du nord de la Côte d’Ivoire, en février dernier, j’ai pu constater par moi-même l’évolution du programme d’apprentissage de la lecture. Dans les classes des niveaux 1 et 10 des petites communautés en dehors de Korhogo, les enseignants utilisaient des leçons scénarisées qu’ils s’étaient appropriés avec aisance. Les jeunes apprenants étaient extrêmement attentifs. Leurs manuels ouverts, affichant de grosses lettres bien calligraphiées, ils se sont mis à épeler des syllabes, des mots et même des phrases courtes et décodables. En lisant à haute voix, les élèves pouvaient entendre résonner leur propre voix, une grande source de fierté et de satisfaction ! Ceci n’a été possible qu'après 4 à 5 semaines d'enseignement phonétique systématique. Ces observations confirment l'hypothèse selon laquelle le facteur le plus important pour aider les enfants à apprendre à lire, en commençant par décoder des lettres, est qu’ils le fassent en s’exerçant régulièrement avec leur propre manuel.   S'appuyer sur les dernières découvertes des sciences cognitives pour concevoir le bon programme Le programme d’apprentissage précoce de la lecture en cours dans environ 150 écoles des régions les plus défavorisées de Côte d'Ivoire fait partie du projet baptisé « Mon enfant apprend mieux à l'école ». Mené par le ministère de l'Éducation, ce programme est financé par le Partenariat mondial pour l'éducation et a pour agent partenaire la Banque mondiale. Le programme s'appuie sur les dernières découvertes des sciences cognitives sur la manière dont le cerveau apprend à lire et comment établir avec succès des compétences en lecture chez les jeunes enfants : conscience phonémique, phonétique, aisance et maîtrise du vocabulaire, compréhension du fonctionnement de l'apprentissage perceptuel (National Reading Panel Reports, 2000 ; National Early Literacy Panel, 2008; S. Dehaene, 2009). Enseignement des sons des lettres et mélange des lettres pour former des syllabes, enseignement des mots et des phrases courtes pour développer des automatismes, la fluidité et la compréhension, sont autant d’activités prévues dans le cadre de ce programme pour une introduction systématique de la phonétique dans l’enseignement précoce de la lecture. Les résultats d'apprentissage attendus sont bien définis de manière à être bien compris par les enseignants. Les manuels des élèves sont imprimés avec de grosses lettres bien calligraphiées, afin de les amener à se concentrer davantage sur les lettres que sur les images, avec une structure claire, de sorte à guider les élèves vers les nouvelles connaissances. Les enseignants sont formés par démonstration, modélisation et simulation. L'enseignement de la lecture est bien intégré dans le programme hebdomadaire, laissant suffisamment de temps pour la pratique individuelle de lecture à haute voix chaque jour. Les enseignants sont soutenus à travers un programme de coaching entièrement intégré dans le système. Du matériel didactique supplémentaire est disponible dans la salle de classe (petite bibliothèque, affiches). Enfin, des outils d'évaluation formative et finale des élèves sont fournis aux enseignants. L'élément le plus précieux de la lecture en première année est ce que nous appelons un manuel « décodable », c'est-à-dire un manuel dont la perception est améliorée. C’est donc un manuel explicite et bien structuré, qui introduit progressivement de nouvelles connaissances et fournit une pratique de lecture quotidienne à voix haute, à l'école comme à la maison, pour une meilleure fluidité et une meilleure compréhension. Chaque élève reçoit un manuel qu'il peut emporter à la maison. Une évaluation d'impact du programme est prévue pour la fin de l'année scolaire 2020. Les communautés adoptent l’apprentissage précoce de la lecture Des preuves, plutôt anecdotiques jusqu'à présent, indiquent que les communautés et les parents ont adopté avec un enthousiasme imprévu le programme et le manuel décodable que les élèves rapportaient à la maison chaque jour. Les enseignants non participants demandent que les manuels soient également utilisés dans leurs salles de classe à eux. Nous avons appris que les enfants souvent plus âgés utilisent très souvent les manuels de leurs frères et sœurs plus jeunes pour pratiquer la lecture. Cela contribue ainsi à démultiplier l'impact du manuel et du programme au-delà des classes sélectionnées. Dans un petit village, le directeur de l'école locale nous a parlé d'un « problème» dans une famille avec des jumeaux. L’un d’entre eux était inscrit au programme de lecture de la première année avec les nouveaux manuels « décodables», tandis que l’autre jumeau continuait avec les ressources existantes du curriculum. Le frère non participant était bouleversé, suppliant d'être inscrit dans la même classe pour apprendre à lire avec le manuel décodable. Il y'a clairement une forte de demande d’étendre le projet, même avant l'évaluation d'impact, tandis que l'énorme demande de services éducatifs de qualité se confirme également. Poursuivre l’apprentissage précoce de la lecture à la maison malgré la fermeture des écoles Ce programme prometteur a dû cesser le 17 mars 2020, le gouvernement ayant fermé les écoles pour appliquer des mesures de distanciation sociale et lutter contre la pandémie de coronavirus. À l'heure actuelle, des millions d'enfants restent à la maison. Les plus vulnérables sont les élèves issus de familles pauvres, sans connexion Internet ou tout autre moyen de rester en contact avec leurs enseignants ou l'enseignement. Le grand danger est que le fossé en matière d'apprentissage se creuse davantage. Abandonner des millions d'élèves aux dangers de l'analphabétisme met en péril le capital humain de leur pays, l'idée même de cohésion sociale et leur chance d’avoir une vie paisible et un travail décent plus tard. Les pays d'Afrique de l'Ouest et d'ailleurs agissent rapidement pour atténuer les effets négatifs de cette crise sur les élèves à travers des programmes psychosociaux et d'apprentissage. Il est important non seulement d'expérimenter, mais aussi d'intensifier, les meilleures pratiques d'apprentissage à distance, afin d'atteindre les enfants et les jeunes les plus à risque.

Date de publication04/03/2021

Sourcehttps://www.globalpartnership.org/

Autres actualités

post-09
DEUX COLLEGES DE PROXIMITE LIVRES AUX VILLAGES D’AFFALIKRO ET D’AMORIAKRO, DANS L’INDENIE-DJUABLIN

Abidjan, le 10 mars 2021 – Le ministre de l’Emploi et de la Protection sociale, Pascal Abinan Kouakou, a procédé, les 02 et

post-09
Côte d’Ivoire : les promesses des programmes d’apprentissage de la lecture à l’épreuve du COVID-19

Lors d’une visite à Korhogo, la principale ville du nord de la Côte d’Ivoire, en février dernier, j’ai pu consta

post-09
ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : LES FRAIS D’INSCRIPTION DANS LES UNIVERSITES DE COTE D’IVOIRE RESTENT INCHANGES

Abidjan, le 18 février 2021 – Dans une interview accordée au journal Fraternité Matin le 15 février 2021, le ministr

post-09
ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : LE MINISTRE ADAMA DIAWARA ANNONCE DE GRANDES INNOVATIONS

Abidjan, le 17 février 2021 – Dans une interview accordée au journal Fraternité Matin le 15 février 2021 à Ab

post-09
Jean-Michel Blanquer et Sarah El Haïry à la rencontre de la jeunesse engagée

Le SNU : un projet d’émancipation  Accompagnés de jeunes en service civil universel, Jean-Michel Blanquer et&n

post-09
PROJET CENTRES D’EXCELLENCE AFRICAINS-IMPACT : 769 ETUDIANTS INSCRITS AU PROGRAMME

Abidjan, le 15 février 2021- A l’ouverture des travaux du deuxième comité national de pilotage du projet centre d’exc

Suivez-nous

Tableaux d'honneur 2020 - 2021